Notre environnement

Efficace, écologique et propre

Prévention des pollutions atmosphériques de l’environnement

La valorisation énergétique des ordures ménagères suit 3 étapes principales : les déchets sont brûlés ; la chaleur produite est transformée en énergie ; enfin, les fumées produites sont traitées.

Conformément à l’arrêté préfectoral d’autorisation d’exploiter, le SMEPE est tenu d’assurer annuellement un programme de surveillance des retombées des émissions atmosphériques par réalisation de prélèvements dans l’environnement de l’usine d’incinération.

Les contrôles et analyses concernent également les émissions gazeuses du four, les résidus solides (mâchefers, cendres, boues). Les analyses sont effectuées par un organisme agréé.

Surveillance de la qualité de l’air

Conformément à l’arrêté d’exploitation de l’usine, le SMEPE a mis en place un réseau de surveillance de la qualité de l’air autour de l’UVE. Constitué d’une station de mesure, il permet d’enregistrer en continu la vitesse et la direction du vent et de suivre l’évolution des teneurs en particules fines (poussières), en oxydes d’azote, en composés métalliques dans l’air ambiant.

Surveillance de la qualité des mousses et des sols

Une surveillance de l’impact sur les productions agricoles des rejets à l’atmosphère de l’installation est effectuée, comportant une analyse des concentrations en métaux, et en chlorures réalisée annuellement sur les lichens et les sols.

Analyses de dioxines et furannes dans différents supports

Dans un souci de respect de l’environnement et des normes en vigueur, les fumées émises sont traitées, épurées puis contrôlées en continu grâce au système de mesure et d’analyse mis en place. Les analyses de dioxines sont effectuées chaque année au niveau des lichens, des sols et de l’air ambiant. En complément des analyses en semi continu des dioxines effectuées par l’exploitant, le syndicat fait également des analyses de dioxines en sortie de cheminées.

Les relevés effectués mettent en avant des émissions de dioxines et furanes atteignant des niveaux très nettement inférieurs aux valeurs réglementaires.

Le traitement des fumées

L’incinération est très contrôlée pour que les fumées ne soient pas sources de pollution de l’environnement. Ainsi des dispositifs très poussés de traitement des fumées sont intégrés à l’UVE.

Les fumées sont traitées avant d’être rejetées dans l’atmosphère. Les résidus des fumées sont envoyés en centre d’enfouissement.

Un incinérateur modernisé en permanence

Loin des premières générations d’incinérateurs des années 1970 et 80, l’usine d’incinération est un équipement de nouvelle génération. Fort des progrès technologiques et du suivi scrupuleux des impératifs législatifs, elle dispose de moyens techniques élaborés pour neutraliser les éléments toxiques de ses rejets. En outre, ses installations sont systématiquement mises en conformité avec les nouvelles règlementations, toujours plus sévères. Les modalités de contrôle des émissions sont appliquées à la lettre. Elles sont suivies de très près par le SMEPE.

Les chiffres clés

Qualité de l’air

Poussières en suspension dans l’air ambiant: La moyenne annuelle mesurée sur le site de Lunel-Viel est de : 21 micro grammes/m3 (le seuil réglementaire étant de 30 µg/m3).

Dioxydes d’azote (NO²): la moyenne annuelle est de 16 micro grammes/m3 pour un seuil réglementaire de 40 µg/m3.

Les résultats montrent qu’il n’y a pas d’influence de l’incinérateur de Lunel -Viel sur les concentrations de poussières et de NO2 dans l’air ambiant.

Pour ce qui est des mesures de métaux dans les retombées atmosphériques et dans les sols, les résultats des mesures autour de l’usine d’incinération de Lunel-Viel montrent que les concentrations sont stables et inférieures aux valeurs de référence.

Concentrations de dioxines

Dans les sols: les mesures sur Lunel Viel sont de 0.52 nanogrammes/ kg de Matières Sèches. Par comparaison aux valeurs de référence les produits alimentaires cultivés sont contrôlés à partir de 5ng/kg de MS.

Dans les retombées atmosphériques : les mesures sont de 0,1 à 0,9 picogrammes/m² par jour. Par comparaison aux valeurs de référence en zone rurale les résultats sont de 5 à 20 pg/m² par jour.

Le traitement par incinération

Efficace, écologique et propre

Le traitement par incinération n’ajoute ainsi aucune pollution supplémentaire.
En effet il n’y a pas de rejet liquide issu du process d’incinération, et les fumées en sortie de cheminée sont analysées en continu. Tous les systèmes de traitement sont surveillés par des ordinateurs et par des campagnes d’analyses d’organismes indépendants. Le SMEPE a réalisé à ce titre de nombreuses campagnes d’analyses et les concentrations relevées pour les différents polluants sont bien inférieures aux seuils réglementaires.

Toutes les mesures effectuées depuis 1999 (date de la mise en place de la surveillance au niveau des poussières dans l’air ambiant, des dioxines, des métaux) sont très inférieures aux normes en vigueur lorsqu’elles existent.