Valoriser

Une priorité. Un fleuron. Une exigence

La Valorisation !

Une priorité. Un fleuron. Une exigence

Une priorité : la valorisation énergétique.
Un fleuron technologique : des équipements de pointe pour de nouvelles solutions de valorisation.
Une exigence incontournable : la maîtrise des nuisances et impacts sur l’environnement

Le recyclage et le tri : une progression constante

Les déchets recyclés : valorisation énergétique des déchets ménagers

L’UVE de Lunel-Viel traite les déchets non recyclables qui y sont incinérés afin de produire de l’électricité. L’énergie récupérée sous forme de vapeur par la chaudière permet de produire de l’électricité.

En régime de fonctionnement nominal (soit 16 tonnes de déchets incinérés par heure), les chaudières permettent de récupérer sous forme de vapeur une puissance de 35 mégawatts thermique environ (à peu près 85 % de la valeur énergétique des déchets incinérés). La vapeur produite par les chaudières est utilisée d’une part pour le procédé lui-même, d’autre part pour la production d’électricité via un turboalternateur. On récupère ainsi sous forme d’électricité 24% de la valeur énergétique des déchets incinérés. Une faible partie de cette électricité suffit à couvrir les besoins de l’installation. Le reste est revendu à EDF (réseau moyenne tension).

Les déchets de la combustion sont également valorisés et recyclés.

120 921 tonnes de déchets ménagèrs ont ainsi été incinérés à l’UVE de Lunel-Viel en 2017, dont près de 74 % en provenance du SMEPE (76% en ordures ménagères, 24 % en déchets non valorisables issus des déchetteries).

La priorité au recyclage :

Le recyclage permet la production de nouvelles matières à partir des déchets.

L’usine d’incinération d’ordures ménagères est un grand four, destiné à recevoir les ordures ménagères devant être incinérées. La combustion, qui s’effectue entre 850 et 1000°C, permet de réduire le volume des déchets de 90%.

L’objectif du traitement des déchets est de prioriser leur recyclage, afin de résoudre durablement les problèmes de décharges saturées et polluantes et de mettre en place des modes de traitement des déchets conformes à la protection de l’environnement.

Les filières de recyclage

Un chef d’orchestre rigoureux

Le SMEPE est en charge de l’ensemble des compétences de la filière de traitement des déchets ménagers et assimilés qui se décline par :

  • Collecte sélective des matières recyclables propres et secs (traitée hors usine)
  • Tri-recyclage des matières (traité hors usine)
  • Valorisation organique (composteurs individuels et déchets verts), traitée hors usine
  • Valorisation énergétique par incinération, (traitée au sein de l’usine)
  • Valorisation des produits issus de l’incinération (traitée au sein de l’usine)

Avec l’ambition constante de servir au mieux ses usagers, le SMEPE s’est doté de nouvelles filières de tri et de recyclage des déchets. Il dispose ainsi des meilleures technologies de pointe et certaines filières sont venues élargir leur champ d’application afin de mieux valoriser les objets du quotidien qui étaient jusqu’à présent voués à l’incinération ou à l’enfouissement.

Sont ainsi traités désormais :

  • Les déchets d’équipements électriques et électroniques (D3E) : appareils électroménager, équipements informatiques, radiateurs et convecteurs…
  • Les déchets d’éléments d’ameublement, qui disposent d’une double filière de traitement : les meubles usagés sont recyclés, les meubles qui ne peuvent être recyclés ou réutilisés sont valorisés sous forme de chaleur ou d’électricité.

Le recyclage offre un double intérêt sur le plan environnemental. Il permet d’une part de réduire le volume de déchets et d’autre part de réaliser des économies de ressources naturelles puisque la matière recyclée est utilisée à la place de celle qui aurait dû être extraite.

L’incinération

Traitement thermique destiné à produire de l’électricité et de la chaleur

Mode de traitement intégré à la filière déchets, l’UVE traite les ordures ménagères non recyclables ou issues des refus de tri, par un traitement thermique destiné à produire de l’électricité et de la chaleur. Solution industrielle nécessaire et indispensable à une gestion des déchets respectueuse de l’environnement, elle s’intègre dans un processus multi-filières où les différents modes de collecte, traitement et valorisation se complètent en vue d’une optimisation écologique et économique.

Avec un régime de 16 tonnes de déchets incinérés par heure, permettant de produire une puissance de 35 mégawatts thermique, les déchets incinérés permettent ainsi de récupérer 24% de leur valeur énergétique sous forme d’électricité. Cette dernière est en partie autoconsommée par l’usine et le reste est revendu à EDF.

Efficace, écologique et propre

L’incinération est un procédé de traitement thermique au cours duquel les déchets sont brûlés à très haute température (>850°C) en présence d’oxygène.

Brûler les déchets permet de réduire leur volume de plus de 90%. Cela permet une élimination en toute sécurité des polluants, germes et agents pathogènes (grâce à la température très élevée des fours), et une maîtrise totale des émissions atmosphériques grâce à un contrôle direct et continu.

L’incinération permet la production d’énergie valorisable en chaleur et électricité. Cette valorisation réduit le coût de traitement des déchets : l’électricité et la chaleur produites assurent les besoins énergétiques propres à l’UVE, et les surplus générés sont vendus à EDF pour l’électricité et permettent d’alimenter annuellement 12 000 foyers en électricité (tous usages confondus).

Le recyclage des déchets de l’incinération

Les mâchefers et les ferrailles sont des résidus solides issus de la combustion des déchets, déchets valorisables à la sortie de l’usine.

Les mâchefers

Les mâchefers sont les résidus solides issus de la combustion des ordures ménagères.

Ce matériau peut être valorisé dans les travaux publics et notamment en technique routière.

En moyenne, il ressort près de 25% de mâchefers par tonne incinérée. Récupérée sous la grille du four, cette quantité est ensuite valorisée sous forme de ferrailles et de métaux d’une part et de matériaux de travaux routiers et remblais d’autre part.

Sur les 30 515 tonnes de mâchefers produites en 2017 ont été extraits 1995 tonnes d’acier et 396 tonnes d’aluminium.

Les ferrailles

Les ferrailles sont séparées des mâchefers en sortie de four à l’aide d’un système d’aimant. Les ferrailles sont ensuite fondues dans un four électrique et l’acier liquide récupéré à la sortie est utilisé dans les mêmes conditions que l’acier produit à partir de minerai.

Les ferrailles sont enfin recyclées par des industries métallurgiques pour fabriquer de nouveaux alliages.

2 199 tonnes de ferrailles ont été récupérées après incinération dont 204 tonnes ont été recyclées sur site. Les ferrailles représentent 1,82 % du tonnage incinéré.

40 % de la production d’acier en France provient du recyclage de ferrailles récupérées.

0% des déchets entrants
sont valorisés (énergie et matière)
0 MWH d’électricité
sont produits chaque année en moyenne
0 Foyers alimentés
annuellement par l′électricité produite (tous usages confondus